Une bibliothèque d’appareils mobiles bientôt à Montréal (via Métro Montréal)

Par Maxime Johnson, Mercredi Mars 20 2013

cellulaire-applicationsUne première bibliothèque d’appareils mobiles devrait ouvrir ses portes à Montréal le 9 avril.

Plus d’un millier d’iPhone 5, de Samsung Galaxy S3, de BlackBerry Z10, d’iPad Mini et autres seront bientôt mis à la disposition des développeurs mobiles montréalais, qui pourront ainsi tester leurs applications mobiles sans devoir acheter les appareils, grâce à une initiative du CRIM et de l’organisme Wavefront.

Cette première bibliothèque du genre au Québec aura pignon sur rue dans les bureaux du Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM). «Nous aurons une soixantaine d’appareils sur place, mais nous pourrons rapidement en obtenir plus au besoin», explique Maxime Clerk, le directeur des communications et du marketing au CRIM.

Pour réserver un appareil, un développeur devra d’abord remplir un formulaire en ligne. Il pourra ensuite l’utiliser dans les bureaux du CRIM pour 10$ par jour dans le cas d’un téléphone, et 25$ par jour dans le cas d’une tablette.

«Les gens qui profiteront de ce service auront déjà développé leur application. Le service leur permettra de tester une application qui est presque terminée sur différents appareils, pour s’assurer qu’elle fonctionne convenablement», précise le directeur des communications.

Jusqu’ici, un développeur devait lui-même acheter les tablettes et téléphones nécessaires pour faire ses tests, les emprunter à des connaissances ou faire appel à des services beaucoup plus coûteux offerts en sous-traitance.

Un outil pour les PME
«Il s’agit d’une mesure qui est surtout intéressante pour les PME», explique Hélène Joncas, la vice-présidente au développement des affaires chez Wavefront, un centre d’excellence qui vise notamment à accélérer la commercialisation des compagnies sans fil au Canada.

L’organisme a déjà implanté trois autres bibliothèques du genre au Canada, à Vancouver, Toronto et Ottawa. «Jusqu’à maintenant, nous avons permis aux développeurs d’économiser environ 1 million $ en achat d’appareils», ajoute-t-elle.

Voilà qui pourrait aider les nombreuses petites entreprises en démarrage dans le secteur du développement mobile à Montréal à affronter les gros joueurs établis.

 

Cliquez ici pour lire l’article complet.